Fatoumatasidibe

Category: Mon travail parlementaire 2009-2014

30 octobre 2009 Les bandes urbaines à Bruxelles

Parlement francophone bruxellois

Interpellation  jointe de Madame Fatoumata Sidibé, députée MR-FDF à MM Charles Picqué, Ministre en charge de la cohésion sociale et Emir Kir, Ministre en charge de l’Action sociale et de la Famille – vendredi 30 octobre.

L’interpellation est disponible ici

Le compte-rendu complet est disponible ici

Mon interpellation portera sur les bandes urbaines et plus  particulièrement sur les violences entre jeunes d’origine subsaharienne à Bruxelles.

Les années 90 ont vu l’apparition de bandes urbaines qui défraient la chronique par des actes d’une extrême violence : bagarres rangées, règlements de comptes entre groupes rivaux dans des lieux publics, vols, viols collectifs, rackets de commerçants, détentions d’armes à feu et d’armes blanches, trafics de stupéfiants, illicites, etc. Mais ce qui rend cette criminalité particulière, c’est la violence entre ces groupes ; une violence essentiellement intra-ethnique. Les membres de ces groupes seraient principalement d’origine subsaharienne. Il s’agit de jeunes mineurs ou majeurs qui vivent le même désarroi, les mêmes problèmes familiaux, d’identité, de désœuvrement, de décrochage scolaire.

Dans l’arrondissement judiciaire de Bruxelles depuis 2002, onze jeunes ont été violemment tués dont cinq en 2009. En pleine rue, ou dans les stations de métro.  Pour des raisons banales. Des morts violentes, incompréhensibles qui ont été ressentis comme un électrochoc dans la communauté africaine. Cette prise de  conscience s’est traduite en  action par les parents et associations qui se mobilisent dans l’encadrement de la jeunesse, la médiation interculturelle et intergénérationnelle, la prévention et la lutte contre ces violences urbaines.
Mais, malgré les dispositifs préventifs, répressifs et judiciaires mis en place, ce phénomène ne diminue pas.

Au regard d’autres faits de délinquance et eu égard au nombre de victimes ou de dégâts causés, certains diront qu’il s’agit d’un phénomène marginal mais il est le signal de l’urgence d’une politique d’anticipation pour appréhender ce phénomène.

Je souhaiterais poser les questions suivantes aux Ministres :

Read More

Vendredi 23 octobre 2009

Intervention de Fatoumata Sidibé, députée MR-FDF dans le cadre de la discussion de la déclaration du Collège de la Commission communautaire française –  23 octobre 2009.

L’intervention est disponible ici.

Le compte-rendu complet est disponible en cliquant ici

Madame la Présidente,
Mesdames et Messieurs les Ministres,
Chers collègues,

La cohésion sociale est un des enjeux majeurs de Bruxelles. Si nous voulons en faire un véritable laboratoire de l’interculturalité, nous devons investir dans la cohabitation harmonieuse des différentes nationalités, langues, cultures, convictions et confessions qui font la richesse de Bruxelles.

L’exposé de la déclaration de politique générale qui trace les lignes directrices des priorités pour l’année est, je suppose, le signal de départ d’actions plus ambitieuses en matière de politiques d’insertion sociale, d’interculturalité, de diversité, de mixité sociale, culturelle et de genre, de lutte contre toute forme de discrimination et d’exclusion sociale.

Je note que le Collège va renforcer le dispositif d’alphabétisation en Région bruxelloise par la création d’un centre régional pour le développement de l’alphabétisation et l’apprentissage du français.  Je souhaiterais que le Collège développe également ses actions en matière de soutien et d’accompagnement scolaires des jeunes et adolescents.

Par rapport au parcours intégré de formation et d’insertion, je souhaiterais soulever la nécessité d’accorder une attention particulière aux jeunes citoyens belges d’origine étrangère.
En effet, à Bruxelles, les élèves  issus de familles d’origine immigrée sont surreprésentés dans l’enseignement technique et professionnel. Il importe de revaloriser ce type d’enseignement qui offre de réelles opportunités professionnelles à ces jeunes. Cependant,  si la relégation dans les filières professionnelles est le résultat de préjugés à l’égard des élèves et d’un manque de suivi et d’accompagnement de la part des parents, pour des raisons d’analphabétisme ou d’ignorance du système éducatif belge, vous conviendrez que cela mérite que l’on s’y attarde.

La proportion des jeunes faiblement qualifiés est  majoritairement composée de Belges descendants de migrants. En conséquence, il n’est pas étonnant de voir que ces jeunes occupent aussi une part importante parmi les bénéficiaires de l’aide sociale. Cette marginalisation entraîne une désespérance sociale, crée des tensions dans les quartiers populaires et concourt à l’éclatement de violences urbaines telles que celles que nous avons connues ces derniers mois dans certains quartiers et qui sont préjudiciables pour la paix et la cohésion sociales.

Des mesures spécifiques doivent rapidement être mises en œuvre par le Collège pour permettre à ces populations fragilisées, discriminées, minorisées, précarisées, marginalisées de participer pleinement à la vie économique, sociale et culturelle. Si nous ne mettons pas en place une politique ambitieuse, l’exclusion sociale continuera à alimenter les replis identitaires et/ou religieux qui assignent à résidence dans « une communauté » repliée sur elle-même où l’altérité est perçue comme une menace.

Outre le parcours intégré de formation et d’insertion, il me semble important, comme l’a déjà fait précédemment ma collègue Françoise Schepmans, de souligner l’intérêt d’également créer un parcours d’intégration individuel à l’attention des primo-arrivants adultes. Un tel parcours ne serait que bénéfique pour ces populations et les aiderait dans leur intégration au sein de notre société et dans le marché de l’emploi.

Read More

Rassemblement en hommage à Claudia Lalembaidjé

  • Discours de Fatoumata Sidibé à  l’occasion du rassemblement contre les des violences à l’égard des femmes organisée par Amnesty International et la famille de Claudia Lalembaidjé, à  l’occasion de la « Journée internationale pour l’élimination de la   violence à l’égard des femmes», le Mercredi 25 Novembre 2009.Chères citoyennes,
    Chers citoyens,Avant d’être députée, je suis avant tout une militante.Mais c’est en tant qu’amie que la famille de Claudia m’a demandé, au mois de juillet,  de les aider à organiser une marche en hommage à Claudia, à toutes les femmes victimes de violences. C’est en tant que citoyenne que contact a été pris avec Françoise Guillitte, responsable du Programme Droits des Femmes à Amnesty international afin d’organiser une manifestation.Ce qui nous rassemble  aujourd’hui, en cette symbolique « Journée internationale pour l’élimination de la   violence à l’égard des femmes », c’est un cri de douleur, un cri de révolte, d’incompréhension  face à ce tsunami de violences.

    C’est une clameur collective  pour dire stop à la violence, au nom de Claudia, au nom de toutes les femmes battues, mariées de force, violées, lapidées, vitriolées, mutilées, brûlées, asservies, spoliées, humiliées, enfermées, prostituées, exploitées, vendues,  assassinées au quotidien,  en temps de guerre comme en temps de paix, dans le secret du domicile comme dans les rues.

    Les femmes sont menacées dans leur vie même parce qu’elles sont femmes. Il est difficile de dresser l’éventail des atrocités qui touchent les femmes sur tous les continents tant l’inventivité des sociétés en matière de violences à l’encontre des femmes est sans bornes.

    Le rassemblement de ce jour, c’est aussi pour dire que derrière ces victimes, il y a des  histoires, des familles.

    Pour donner un nom et un visage à ces victimes d’une violence sans nom, trop souvent impunie.

    Pour dire que dans nos démocraties, des femmes vivent sous le régime de la terreur. Pour dire que nous sommes toutes des victimes potentielles. Pour dire que le manque criant de chiffres actuels sur les violences conjugales en Belgique accentue l’invisibilité et l’occultation de cette violence.

    Nous voulons dire avec détermination que les femmes ne veulent plus être mises à genoux.

    Qu’elles se lèvent, luttent, résistent, se libèrent, réclament leur droit à l’intégrité physique et psychique, à la liberté, à la dignité, à la sécurité, à l’égalité, au respect de leur vie, de la vie.

    Nous disons assez de ce silence qui nous cantonne tous les jours dans la violence la plus extrême !

    Assez d’abandons, de reculades, de  belles promesses, des mesures ponctuelles.

    Des  progrès considérables ont été réalisés ces dernières années pour lutter contre les violences conjugales mais ce n’est rien à côté du chemin qui reste à parcourir pour que nos sœurs, nos filles, nos mères, nos ami(e)s, et nous-mêmes regagnions le droit d’exister et de vivre en sécurité.

    Vous connaissez mon engagement et mon  action en faveur des droits humains. En tant que parlementaire, je serai là, nous serons là pour continuer ce chemin avec vous, pour nous…les femmes.

    Des progrès considérables ont été accomplis en matière de lutte contre les violences conjugales mais ce n’est rien à côté du chemin qui reste à parcourir pour que nos sœurs, nos enfants, nos mères, nos ami(e)s, et nous-mêmes regagnions le droit d’exister et de vivre en sécurité.

    Vous connaissez mon engagement et mon  action en faveur des droits humains. En tant que parlementaire, je serai là, nous serons là,  pour continuer ce chemin avec vous, pour nous…les femmes.

    • Discours de Rachel C. Doumro, tante de Claudia Lalembaïdje
    Mesdames, Messieurs,

    Aux noms des victimes et de leurs familles, au nom d’Amnesty International ici représentée par Madame Guillitte, au nom de Madame la Députée Sidibé et en mon nom personnel : soyez toutes et tous très sincèrement remerciés pour avoir répondu à cet appel citoyen et au cri de détresse des familles de victimes.

    Nous sommes réunis ici pour affirmer que « trop, ça fait beaucoup » et que ces faits de société gravissimes n’ont pas leur place dans une démocratie, Messieurs, Dames. Ce qui nous oblige à nous rendre pacifiquement dans la rue ce matin du 25 novembre n’est pas normal, n’est pas admissible, ni concevable pour un cerveau qui fonctionne normalement. Je disais que « trop, ça fait beaucoup » et il y a des silences qui font beaucoup de bruit parfois. Alors, vigilance et stop à un certain laxisme (si vous voyez ce que je veux dire) parce que l’horreur et la médiocrité humaine n’ont pas de limites ni de frontières géographiques. Aujourd’hui, c’est nous, mais demain ce sera peut-être vous que le malheur va gifler. J’espère que ce rassemblement qui se veut digne et pacifique interpellera non seulement les contribuables, c’est-à-dire les citoyens que nous sommes, mais également les autorités de ce beau royaume. Chacun doit prendre ses responsabilités et un état a le devoir de protéger ses citoyens, me semble-t-il !? On a aboli la peine de mort, O.K. Mais dites-moi, quand va-t-on abolir la peine de douleurs et de souffrances infligées aux victimes et à leurs familles ?
    Personne au monde ne mérite de mourir comme Claudia est morte et j’ai fait le serment sur sa tombe de tout faire pour que sa mort ne soit pas une mort inutile, une mort pour rien. Nous ferons tout pour que son nom soit désormais une flamme d’espoir pour l’avenir et pour les femmes qui ont la chance de ne pas avoir croisé ce que Claudia a croisé sur sa route, à 32 ans à peine !
    Il est trop tard pour Claudia, mais il est temps de se réveiller pour les autres, car la femme est citoyenne à part entière, avec les mêmes droits et les mêmes devoirs que l’homme. Les femmes naissent pour respecter la vie et se faire respecter. D’ailleurs, les neurones des femmes ont les mêmes capacités que les neurones des hommes (si je puis m’exprimer ainsi !). La femme porte et donne la vie. Alors pourquoi doit-on lui voler la sienne ? Pourquoi doit-elle finir ligotée (comme Claudia) dans une valise au fond d’un fleuve ? Dans quelle société vivons-nous ? Enfin, je me tourne vers ma sœur, la maman de Claudia, pour lui dire que ma douleur est insignifiante par rapport à la sienne (même si j’ai mal et je suis en colère) et je veux dire aux parents des victimes qu’un enfant est irremplaçable, que donner la vie c’est la plus belle histoire d’amour et qu’il n’y a pas de pire injustice que de perdre un enfant. C’est pourquoi je veux ici m’incliner devant leur immense douleur et leur dire pardon au nom de la société. Beaucoup trop de citoyens ont le sentiment profond d’être escroqués de leur droit lorsqu’ils sont plaignants et se sentent souvent coupables d’être victimes. Ce sont toutes ces aberrations que nous sommes venus dénoncer aujourd’hui pacifiquement. Nous reviendrons, demain, si rien ne bouge pour dénoncer ces dysfonctionnements parce que « quand c’est trop, ça fait beaucoup. »

    Rachel C. Doumro, tante de Claudia Lalembaïdje
    Courriel : c.kado@hotmail.com

     

  • Invitation à venir manifester le 25 novembre 2009
Signé : Amnesty International ;  Suzanne Kade et Rachel  Doumro, Maman et tante de Claudia Lalembaidjé ; Fatoumata Sidibé, députée régionale bruxelloise… et vous peut-être.
Madame, Monsieur,
À l’occasion de la « Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes», Amnesty International et les familles de victimes organisent, le Mercredi 25 Novembre 2009, une action symbolique de solidarité et de protestation contre ce phénomène qui touche encore trop de femmes en Belgique et dans le monde.
Cette action prendra la forme d’un rassemblement en hommage à Claudia et toutes les victimes de violences conjugales, crimes d’honneur et autres violences intrafamiliales subies par les femmes.
Par la publication du «Manifeste des femmes et des hommes contre la violence à l’égard des femmes»,  il sera donné un signal fort afin de tout mettre en ouvre pour changer les mentalités et les comportements.
Ce sera aussi l’occasion de rappeler les revendications suivantes :
– La lutte contre les violences à l’encontre des femmes doit être une réelle priorité pour le gouvernement belge ;
– Des moyens humains et financiers corrects et adéquats doivent être alloués à cette fin  (prévention, accueil et prise en charge des auteurs et victimes) ;
– Une évaluation annuelle doit être rendue publique quant à la politique belge en cette matière ;
– Une politique globale doit être réellement mise en oeuvre et un numéro vert national doit être opérationnel dans les plus brefs délais.
Nous vous invitons à  venir nombreuses et nombreux vous joindre à cet événement.
Pour des raisons d’organisation, si vous avez l’intention d’être présent-e-s, merci de nous renvoyez le coupon-réponse ci-dessous avant le 6 novembre 2009.
RDV donc pour un rassemblement pacifique
le 25 Novembre 2009 de 12h30 à 13h30 sur la Place de la Monnaie à Bruxelles.
Une conférence de presse aura lieu à 11 heures au Foyer Alechinsky du Théâtre Royal de la Monnaie, lors de laquelle une évaluation de la politique belge de lutte contre les violences conjugales ainsi que les revendications des familles de victimes et le manifeste des femmes et des hommes contre les violences faites aux femmes seront présentés par Amnesty.
Signé : Amnesty International ;  Suzanne Kade et Rachel  Doumro, Maman et tante de Claudia Lalembaidjé ; Fatoumata Sidibé, députée régionale bruxelloise… et vous peut-être.
Au plaisir de vous y rencontrer,
Françoise Guillitte
Chargée des relations presse et des relations publiques
Responsable du Programme Droits des Femmes
Amnesty International Belgique francophone
9, rue Berckmans – 1060 Bruxelles – Belgique
fguillitte@aibf.be
Tel: 00 32 2 538 81 77
Fax: 00 32 2 537 37 29
Skype fanguillitte
Abonnez-vous aux lettres d’info et d’actions d’Amnesty:
http://www.amnestyinternational.be/doc/article10988.html
« Le Manifeste de Bruxelles
des femmes et des hommes contre la violence à l’égard des femmes »
Des millions de femmes sont victimes de violences dans le monde.
Il s’agit du plus grand scandale en matière des droits humains et de la violation des droits fondamentaux la plus importante en nombre, présente sur tous les continents et dans toutes les sociétés, en temps de paix comme en temps de guerre ou de conflit.
La Déclaration universelle des Droits de l’Homme ainsi que de nombreux textes internationaux ambitionnent de garantir aux femmes une vie exempte de violence.
Force est de constater, en voyant l’étendue des dégâts engendrés par ces violences et le nombre de victimes, que les États manquent à leurs engagements et à leurs obligations de prévenir et d’éliminer toutes les formes de violence à l’égard des femmes et des filles.
Cette violence se retrouve dans la sphère privée, dans la communauté, sur le lieu de travail, et dans la rue. Elle va du harcèlement moral, aux menaces, aux insultes, à la traite, à la prostitution forcée, au meurtre, en passant par les coups, les mutilations, et le viol.
En Belgique aussi, aujourd’hui encore, trop de femmes risquent quotidiennement d’être agressées moralement, psychologiquement, physiquement, sexuellement.
Ces femmes vivent au quotidien un calvaire trop souvent passé sous silence. Elles mènent pourtant chaque jour le même combat sans cesse renouvelé: survivre malgré la douleur physique et psychologique.
Par le présent manifeste, nous, femmes et hommes, victimes ou non, prenons position catégoriquement contre ce fléau et nous déclarons solidaires avec toutes ces victimes
Nous déclarons que la violence à l’égard des femmes n’est jamais acceptable, ne devrait jamais être tolérée et n’est jamais justifiée.
Nous refusons de voir et d’entendre les femmes et les filles traitées de « putes » ou d’autres noms insultants.
Nous refusons de rester indifférents lorsqu’une femme, voisine, amie, collègue ou inconnue, est victime de violences de la part de son mari ou de son compagnon.
Nous refusons de voir des femmes contraintes de cacher les coups reçus sous de gros pulls à col roulé et des lunettes noires.
Nous refusons tous les prétextes invoqués pour accepter ou minimiser ces drames.
Nous refusons la banalisation de ces faits divers.
Nous refusons toute discrimination à l’égard des femmes.
Nous réclamons la fin du silence et du tabou autour de ces sujets : des voix s’élèvent, elles doivent être entendues.
Nous exigeons que la lutte contre les violences faites aux femmes soit une réelle priorité et que des moyens humains et financiers y soient effectivement alloués.
Nous exhortons les différents gouvernements belges et tous les niveaux de pouvoirs concernés à prendre les mesures nécessaires pour garantir l’accueil et la prise en charge efficace de toutes les victimes, la poursuite et la prise en charge efficace des auteurs, la formation et la sensibilisation des acteurs de première ligne.
Si elles sont indispensables, les mesures politiques ne peuvent suffire ; de véritables changements des mentalités, des comportements, des attitudes et des réactions face à ce phénomène sont indispensables. Nous réclamons donc des campagnes de sensibilisation à long terme et régulières.
Libérer nos sociétés de la violence à l’égard des femmes et faire en sorte que toutes les femmes se sentent en sécurité dans leurs relations avec les hommes représente un défi qui exige que l’on établisse des limites claires, mais surtout qu’un engagement ferme de chacun et chacune soit pris.
Ce que nous faisons en signant la présente déclaration.
Publié à Bruxelles le 25 novembre 2009.
Françoise Guillitte ; Philippe Hensmans ; Laurence Bibot ; Isabelle Durant ; José Van
Dam ; Sandra Kim ; Yasmine Boudaka ; Maureen Louys ; Julos Beaucarne ;
Suzanne Kade ; Michèle Cédric ; Sarah Turine; Jean-Louis Leclercq ; Marie Paule
Kumps ; Rachel Doumro ; Ada Garcia ; Fatoumata Sidibe ; Zakia Khattabi ;
Dominique Braeckman ; Christine Bika ; Cécil Arnould ; Elisabeth Burdot ; Carine De
Brab ; Xavier Deutsch ; Michèle Hirsch ; Isabelle Durant ; Thierry Robberecht ; Karine
Lalieux ; Zoé Genot ; Muriel Gerkens ; Anne Delvaux ; Juliette Boulet ; Patryck de
Froidmont ; Sylvie Godefroid ; Isabella Lenarduzzi, Duke Tshomba ont déjà signé…
Et vous ?
N’hésitez pas à inviter vos ami-es et relations à vous suivre en se
rendant à l’adresse http://www.amnestyinternational.be/doc/article15524.html?var_mode=calcul


—————————————————————————————————————–

Coupon-réponse à renvoyer avant le 6 novembre 2009  à l’adresse suivante :
Amnesty – Programme Droit des Femmes – 9, rue Berckmans – 1060 Bruxelles
ou par email à l’adresse femmes@aibf.be ou encore par fax au 02 537 37 29

Nom :……….  Prénom :………
Association :…………………..
Adresse :……………….Code postal et localité :……….

Participera au rassemblement du 25 novembre 2009, sur la place de la
Monnaie, à l’occasion de la Journée Internationale pour l’élimination de la
violence à l’égard des femmes.

Lundi 20 juillet 2009

Intervention de Fatoumata Sidibé, députée MR-FDF, dans le cadre de la discussion de la déclaration du Collège de la Commission communautaire française en date du lundi 20 juillet 2009.
Le compte rendu complet est disponible en cliquant ici
Madame la Présidente,
Mesdames et Messieurs les Ministres,
Chers collègues,
Je me réjouis de me retrouver parmi vous et de prendre pour la première fois la parole au sein de cet hémicycle. Mon intervention portera sur les politiques de promotion de l’égalité hommes/femmes et la cohésion sociale.
La déclaration gouvernementale bruxelloise accorde une attention particulière à  l’égalité entre les hommes et les femmes comme enjeu pour la démocratie et pour l’économie de notre pays et aussi comme combat contre l’exclusion sociale.  Comme vous l’indiquez dans l’accord de majorité pour la Cocof, « la cohésion sociale concerne notamment la problématique du genre et plus particulièrement de la mixité, de l’émancipation et de l’égalité hommes-femmes ». Cependant, certains points concernant cette politique ne sont pas abordés dans l’accord mais doivent néanmoins retenir votre attention au cours de cette législature.   Read More