La Voix d’une rebelle finaliste du prix littéraire des Grenades

La Voix d’une rebelle a été sélectionnée en décembre 2020  parmi les 5 finalistes de première édition du Prix littéraire Grenades « Lisez-vous  la belge ».

Les Grenades lancent la première édition du Prix littéraire Grenades pour récompenser une autrice belge francophone toutes catégories confondues. Les femmes sont nombreuses en littérature, mais leurs œuvres sont moins récompensées par des prix prestigieux que leurs homologues masculins. Les Grenades se réjouissent d’inaugurer une remise de prix annuelle, en collaboration avec le PILEn et l’action de promotion littéraire “Lisez-vous le (livre) belge ?”, la Scam, la Maison de la Francité, la Direction à l’Égalité des chances, la Fédération Wallonie-Bruxelles, la RTBF culture & Restart.

Les Grenades-RTBF est un projet soutenu par la Fédération Wallonie-Bruxelles qui propose des contenus d’actualité sous un prisme genre et féministe. Le projet a pour ambition de donner plus de voix aux femmes, sous-représentées dans les médias.

Pour cette première édition, Geneviève Damas sera la marraine de ce nouveau Prix et elle remettra également un Prix coup de coup de coeur à l’ouvrage de son choix. Cette autrice et comédienne belge francophone, a publié plusieurs ouvrages dont “Molly à vélo” publié chez Émile Lansman obtient le Prix du Théâtre-Meilleur Auteur 2004, ainsi que le coup de cœur des lycéens de Loire-Atlantique 2006. En 2009 “Le pays sans anniversaire” est lauréat du concours organisé par le Créa-Théâtre et elle reçoit, en 2010 le prix littéraire du Parlement de la Communauté française pour sa pièce “STIB”.

Son dernier roman, “Bluebird” est paru en 2019 aux éditions Gallimard.

Vingt-deux ouvrages, écrits par des autrices belges francophones, parus en 2020, sélectionnés avec une attention particulière à une juste représentation des genres littéraires, sont soumis à un vote du public par le biais d’un sondage internet. Chaque votant.e doit porter son choix sur trois ouvrages, entre le 10 et le 20 décembre.

Ce sondage ressortira une liste de cinq livres, qui seront ensuite départagés par le jury du prix littéraire Grenades, constitué de membres de la Scam, RTBF Culture, de la Fédération Wallonie Bruxelles et des Grenades.

Parmi les cinq ouvrages sélectionnés par le public, le jury s’engage à primer l’ouvrage répondant aux critères suivants :

– Qualité de l’écriture & émotion suscitée

– Développement (original, documenté) de la thématique abordée

– Traitement de sujets sociétaux d’un point de vue féminin

– Reflet de la diversité

Pour cette première édition, le Prix est symbolique et vise à soutenir une autrice. La lauréate se verra remettre un prix de 1.000 euros, le 6 janvier 2021.

Présentation des vingt-deux ouvrages pré-sélectionnés

Romans

  • Barbara Abel, Et les vivants autour, publié chez Belfond : Dans ce thriller psychologique, l’autrice dissèque les émotions d’une famille dont l’un des membres est dans le coma depuis quatre ans. L’histoire dépeint les montagnes russes que vivent ces personnages en suspens, dans l’attente et finalement confrontés à un dilemme inattendu.
  • Mathilde Alet, Sexy Summer, publié aux éditions Flammarion : Ce troisième roman de Mathilde Alet, décrit le passage complexe de l’enfance à l’adolescence, d’un quotidien chamboulé où se côtoient violence et humanité.
  • Catherine Barreau, La confiture des morts, publié chez Weyrich : Dans ce roman d’apprentissage à l’écriture sensible et subtile  récompensé du prix Rossel, le lecteur suit le quotidien de Véra, une adolescente indocile qui vit avec son père dans une maison un peu délabrée au pied de la citadelle de Namur.
  • Lilia Bongi, Amsoria, auto-publié : Lilia Bongi relate dans un style simple, à coup de phrases courtes son vécu : l’histoire d’une enfant congolaise envoyée en Belgique à l’âge de huit ans. Avec Amsoria, l’autrice revient sur un passé colonial qui hante la Belgique et aborde les thèmes complexes du racisme, de l’identité et de l’intégration.
  • Alia Cardyn, Mademoiselle Papillon, publié chez Robert Laffont : Deux existences se répondent dans le roman d’Alia Cardyn. La première, fictive, est celle de Gabrielle, une infirmière dans un service de néonatalogie intensive, vidée, à 30 ans, par la brutalité de son travail. L’autre, réelle, est l’histoire de Thérèse Papillon, infirmière qui s’est battue pour sauver des milliers d’enfants mal soignés au sortir de la Première Guerre Mondiale. L’autrice aborde ici avec délicatesse la question du sens et du lien.
  • Aliénor Debrocq, Cent jours sans Lily, publié chez ONLIT : Il s’agit du second roman de l’autrice qui balade son lecteur entre les steppes russes et la côte américaine, entre enquête policière et récit intime.
  • Jennifer Deneffe, Médusa, auto-édité : enquête criminelle, Histoire de l’art, mythes et déviances de l’esprit humain, telle est la promesse de ce roman au suspense haletant.
  • Pamela Ghislain, Anna, publié chez Lansman : La place de la femme dans la société est le fil conducteur de la Trilogie du Cri dont Anna est le premier volet. L’autrice aborde la question du consentement, le viol et donne voix aux victimes d’abus souvent muselées par le regarde de la société.
  • Véronique Janzyk, Vincent, publié chez ONLIT : La maladie de Charcot est au cœur de ce roman sobre et solaire où l’autrice aborde la question du rapport aux autres de la perte et du refuge.
  • Inès Lamallem, Santana, paru aux éditions Ker : Premier roman récompensé du Prix littéraire Laura Nobels, Santana raconte l’histoire d’une relation de soumission entre deux adolescents. Ce roman court au style épuré aborde les questions du harcèlement et de l’emprise.
  • Aylin Manco, Ogresse, publié chez Sarbacane : Repris dans la sélection des Pépites Fiction ados du Salon du livre et de la presse jeunesse en Seine-Saint-Denis, Ogresse est une fable fantastique qui explore le rapport mère-fille.
  • Diane Meur, Sous le ciel des hommes, édité chez Sabine Wespieser : La force du roman réside dans son extrême finesse psychologique. L’auteur multiplie les intrigues et pointe l’ambivalence de ses personnages qui évoluent dans un grand-duché européen propret et peu accueillant pour dénoncer un modèle de société capitaliste et fermé, aberrant et destructeur.
  • Pieterke Mol, Ça va n’aller, auto-édité : L’autrice, de son écriture tranchante et abrupte, sans fioritures, dépeint son histoire familiale marquée par le divorce et l’alcoolisme des parents. Un récit incisif, immersif qui aborde avec mélancolie les luttes de la protagoniste et le déséquilibre.
  • Amélie Nothomb, Les Aérostats, publié chez Albin Michel : L’autrice se raconte dans ce roman, à travers le personnage d’Ange, une étudiante bruxelloise de dix-neuf ans à l’existence plutôt banale, pour qui la rencontre avec un jeune homme va les aider, tous deux, à sortir de leur emprisonnement quotidien.
  • Christine Van Acker, L’en vert de nos corps, paru aux éditions l’Arbre de Diane : L’en ver de nos corps est une collection de fragments poétiques qui fait se croiser l’intime et le scientifique. La nature, le monde végétal et son évolution sont au centre de cet ouvrage qui invite à l’émerveillement et la curiosité.

Essais/Philo

  • Fatoumata Fathy Sidibé, La voix d’une rebelle, publié aux éditions Luc Pire : La voix d’une rebelle, c’est la voix d’une femme noire, de culture musulmane, laïque, militante pour les droits humains et féministe. L’autrice, qui a siégé au Parlement bruxellois pendant près de dix ans, y raconte ses divers combats, notamment contre le racisme, les discriminations et l’islamisme.
  • Fatiha Saidi, Dans la peau d’une femme mendiante, publié aux éditions La boite à Pandore : Fatihi Saidi, femme politique, féministe et engagée, relate dans ce livre une expérience à laquelle elle s’est livrée pour bousculer et inciter à la réflexion : celle de la grande pauvreté et de la mendicité.
  • Corinne Torrekens, Islams de Belgique, enjeux et perspectives, publié aux éditions de l’Université de Bruxelles : Dans cet ouvrage, l’autrice expose avec clarté les principaux développement et enjeux relatifs à l’insertion de l’Islam en Europe en partant du cas de la Belgique.

Nouvelles

  • Julie Huon, Il s’est passé un truc incroyable, publié par Le Soir : Dans ce recueil sont compilées les cent chroniques les plus touchantes de La Vie en pause, une chronique de la journaliste Julie Huon sur la vie des Belges sous covid. Les textes sont accompagnés de dessins spontanés de l’autrice.
  • Marianne Sluszny, Chemins de femmes, publié aux éditions Ker : neuf portraits de femmes composent ce recueil qui se veut un portrait mosaïqué de la Belgique.

Poésie

  • Victoire De Changy, La paume plus grande que toi, publié aux éditions l’Arbre de Diane : La paume plus grande que toi est un premier recueil d’une série de trois où l’autrice conte, au fils ses poèmes, son expérience de la maternité.
  • Lisette Lombé, Brûler, Brûler, Brûler, paru aux éditions L’Iconoclaste : Les mots de Lisette Lombé, artiste puridisciplinaire qui navigue entre textes, performances et collages, dénoncent ici, dans un rythme puissant, le racisme, l’inégalité des genres et bien d’autres injustices.